Local and Urban Politics



E01 - Local elections - voting

Date: May 30 | Time: 08:45am to 10:15am | Location:

The variable geometry of democracy: The evolution of electoral parameters at the municipal level in Quebec since 1855: Sandra Breux (INRS), Harold Bérubé (Université de Sherbrooke)
Abstract: In Canada, the evolution of the right to vote, the nomination process and the frequency and organization of elections are not the same at the municipal, provincial and federal levels, even though they share the same democratic foundations. In Quebec, more specifically, there is a clear gap between the municipal level and the higher levels of government. Among the municipalities themselves, statutes differed significantly between the mid- and late-19th century, and still do to this day as concerns Montreal and the rest of the municipalities. Apart from the works of Baccigaluppo (1984), Saint-Pierre (1994) and Baillargeon (2019), there is no research on the evolution of the differences between these three levels of government or between Montreal and the other municipalities. Based on the analysis of more than twenty laws, from 1855 to the present, we will show 1) the democratic advances and sometimes setbacks of the municipal level in comparison with the other levels of government, and between Montreal and other municipalities and 2) the way in which certain contemporary characteristics of the municipal scene, both in Montreal and within other municipalities, reflect the stigma of the past, allowing us to better grasp the current political dynamics.


Profils et enjeux des jeunes élu.e.s municipaux québécois: anne Mevellec (Université d'Ottawa)
Abstract: Au Québec, au lendemain des dernières élections municipales de 2021, la moyenne d’âge des élu.e.s municipaux était de 53,3 ans (57,8 ans pour les maire.sse.s et 52,6 pour les conseiller. ère. s). Les élu.e.s. de moins de 35 ans ne représentaient que 3 % des maire.sse.s et 9,7 % des conseiller.ère.s. Des études préliminaires ont toutefois montré que ce groupe d’élu.e.s, même peu nombreux, révélait au moins deux caractéristiques d’intérêt. D’une part, c’est dans ce seul groupe que la parité est atteinte et d’autre part, ces élu.e.s sont plus souvent membres de partis politiques municipaux que leurs aîné.e.s. Leur présence semble ainsi en décalage avec un entre-soi masculin, apolitique et d’âge mature qui caractérise souvent le palier municipal canadien. Afin de mieux comprendre cette réalité, nous avons mené une étude exploratoire en partenariat avec l’Union des municipalités du Québec (UMQ). À l’aide d’un questionnaire administré à leurs 135 membres de moins 35 ans, nous avons ainsi pu documenter quatre principaux éléments : leur profil sociodémographique, leur trajectoire d’engagement, les opportunités et obstacles qu’elles et ils rencontrent au moment de la campagne électorale et au cours de l’exercice de leur mandat. Bien que préliminaires, ces données permettent de mieux comprendre les différentes facettes de leur réalité, d’entamer la discussion avec un corpus de travaux encore restreint sur la présence des jeunes dans les instances traditionnelles de représentation politique et d’interroger les logiques de professionnalisation et de carrière politique en contexte canadien.


A theory of municipal voting for seniors: the importance of proximity: Salomé Vallette (INRS-UCS)
Abstract: Studies suggest that the informational context at the municipal level is deficient (Cutler and Matthews 2005; Breux and Bherer 2011; Breux and Couture 2022). This informational deficit would be reflected in the fact that, in general, political information is less available and of lower quality than at other levels of government (Breux and Couture, 2018; Cutler and Matthews 2005). However, the idea of proximity associated with the municipal level would be a feature that could limit the informational deficiency of this level of government. Indeed, the seniors I met mentioned that being able to communicate and also to "influence" elected officials are important values for their vote at the municipal level. Indeed, they cannot associate these values and the proximity with elected officials at other levels of government. In this way, seniors can get the policy information they need directly from their elected representatives. In addition, knowledge of municipal services, such as the municipal newsletter, the local newspaper, or key people in the municipality, helps seniors find the political information that will lead them to make their choice during elections. Based on the results of my thesis, I will present that proximity to elected officials and municipal services are the two main issues that can explain a theory of voting at the municipal level among seniors.


Légitimité Plurielle et autochtonie : émergence d’un champ Rural de compétition Politique au Cameroun.: Théodore AMBASSA AKOA (Université de Lille/CERAPS)
Abstract: La libéralisation qui survient au début des années 90 au Cameroun marque le début de l’ère multi partisane dans ce pays. Elle consacre les premières élections municipales concurrentielles en 1996. Avant cela, le rural comme centre d’expression politique est peu attrayant. Les maires étaient nommés dans la majorité des communes rurales et étaient principalement issus de la préfectorale. Pourtant les communes rurales qui sont des regroupements de plusieurs villages ont en leur sein des groupes ethno-tribaux qui souhaitent tous être représentés dans les fonctions politiques dominantes de leur localité. Ils établissent des accords officieux entre eux afin de partager ces différentes fonctions (les postes de maire, de député, ainsi que de président de la section locale du parti dominant). De même, autant le maire est l’édile de sa localité, autant, il est également le représentant de sa tribu. Après lui, ce sera le représentant d’une autre tribu. De même, le maire, le député ne peuvent pas être de la même tribu. Chaque groupe, souhaite garder les fonctions dominantes du champ politique rural le plus longtemps possible au détriment des autres. La question principale est celle de savoir comment l’accès à une fonction dominante du champ politique rural suscite la mobilisation d’identités plurielles pour l’accès à un poste ? Comment celles-ci sont mises en scène en fonction des circonstances et du moment électoral ? Pour y répondre notre matériau sera composé essentiellement d’entretiens et d’observations issues de notre terrain de thèse dans les régions du centre et du Sud Cameroun.